Bienvenue sur la Passion du Brochet.

Pêche du brochet : en rivière, en lac et en canaux.

lapassiondubrochet@gmail.com

Retour aux
articles

Sessions estivales 2018.

Durant cet été chaud, nous avions décidé de pêcher en Belgique ainsi que sur certains grands fleuves aux Pays-Bas.

En fonction de ce que nous avions pris et remis en 2017, nous avions l’espoir de retrouver ces brochets en Semois. Hélas, il n’en fut rien et nous dûmes nous contenter de brochets plus petits ainsi que de découvrir que rien n’avait évolué concernant les pêcheurs riverains toujours aussi charognards. Toutefois, nous avions été heureux de croiser un bon nombre de jeunes pêcheurs partageant notre philosophie. Nous les avions écoutés et félicités.

Aux Pays-Bas, cela avait été difficile car le poisson blanc s’était montré très bougeant au point que nous avions dû à chaque sortie le rechercher sur de longues distances. Cela avait été très intéressant. Quant à l’activité du brochet, celle-ci s’était donnée par de courtes périodes matinales ou le soir mais jamais consécutives. Ce qui nous avait obligé à pêcher avec patience. Toutefois, nous avions été récompensés à la mi-août par un 110+.

A la fin de cet été, nous avions terminé sur un score de quatre-vingts prises. Ce qui était très honorable.  

Première sortie :23 et 24/6.

Pays-Bas.

Nous avions débuté par un poste que nous pensions riche en poisson fourrage mais qui ne l’était pas. Pour des raisons de frai ou de température d’eau, il était certain que le poisson avait bougé. Cependant, cela ne nous avait pas empêché de réaliser un premier brochet de poste avant de nous mettre à la recherche du blanc.

Après plus de trois heures de prospection en mode traîne, nous avions pu enfin trouver ce que nous recherchions. Le blanc était là, proche d’un très grand fond bordé de plantes aquatiques. Notre prospection n’ayant rien donné, c’était directement au lancer ramener que nous avions commencé. Les attaques se donnèrent rapidement et nous avions pu identifier facilement le leurre et la couleur du jour. Il s’agissait du Super Shadow Rap de chez Rapala.

En pêchant à la limite des cassures, nous avions pu réaliser sept 70+. Nous n’avions rien raté et nous étions les seuls à pêcher.

Le deuxième jour, nous avions été sur la Linge, rivière très fréquentée par les anversois ainsi que les locaux. Apparemment, la pêche était mauvaise tant au carnassier qu’au blanc. En fin de matinée, les pêcheurs arrêtèrent et malgré notre insistance, nous étions restés à une seule prise faite en matinée. Les résultats sur notre scan avaient été très mauvais. Cela nous avait fait penser à une certaine pêche professionnelle exercée par les locaux.

Total des prises : 9 : 1<70 cm ; 3<75 cm ; 4<80 cm et 89 cm.

Deuxième sortie : 8/07.

Belgique.

En raison de la chaleur (26°), nous avions décidé de pêcher en rivière la matinée dès le lever du jour. Sur tous les postes prospectés, il nous avait fallu pratiquer une pêche de surface pour réussir. Le peu de renoncules et la clarté des eaux sur ces différents parcours nous avaient obligés de soigner notre approche et de pratiquer de très longs lancers. C’était ainsi que nous avions pu provoquer une douzaine de brochets et comptabiliser avant l’arrivée des premiers kayaks cinq brochets au-dessus de la taille légale (+ ou – 65 cm). Ceux-ci étaient maigres mais en bonne condition physique. Après quoi nous avions arrêté avec un sentiment d’inquiétude car nous n’avions pas trouvé plus gros que septante centimètres. Ces brochets manquants, avaient-ils été prélevés ou avaient-ils tout simplement changé de résidence ? (A suivre…)

Total des prises : 5 : 5<70 cm. (69 cm pour le plus long).

Troisième sortie : 16/07.

France : Semois.

Journée difficile en rivière française. Après avoir bien débuté au lever du jour, il avait fallu attendre midi pour déclencher trois belles attaques. Après quoi, la chaleur avait mis fin à cette sortie marquée par la prise de brochetons.

Total des prises : 1 : 78 cm.

Quatrième sortie : 12/08.

Belgique.

Brochet de rivière, magnifiquement marqué.

Lors de cette matinée en rivière, nous avions été étonnés par la pauvreté de certains secteurs. Cela signifiait malheureusement que ces endroits n’étaient plus rempoissonnés depuis longtemps en brochetons. En pêchant avec rigueur sur les meilleures zones au leurre souple, nous avions réalisé huit 65+ pour une douzaine de prises, score remarquable car nous n’avions pas fait mieux à l’étranger. Ces brochets étaient encore plus maigres. Ceci nous avait paru normal en raison des fortes chaleurs qui avaient marqué ces six dernières semaines. La réussite que nous avions connue avait été liée aux bonnes conditions climatiques du moment, vent d’ouest et montée des eaux. Tous ces poissons avaient été remis dans de parfaites conditions à l’eau.

Total des prises : 8 : 4<70 cm ; 72 cm ; 73 cm ; 86 cm et 91 cm.

Cinquième sortie : 15 et 17/08.

Pays-Bas.

Ces deux journées ont été surtout marquées par des conditions climatiques différentes. Lors de la première, nous avions eu un temps nuageux marqué par des vents forts d’ouest ainsi que par une absence de soleil. Durant nos déplacements à la traîne, nous n’avions de nouveau rien pris. Pour réussir, il avait fallu pratiquer une pêche au lancer ramener en utilisant de gros leurres segmentés. C’était ainsi que nous avions pris huit 70+ dont 82 et 84 cm. Le deuxième jour, nous avions eu une journée ensoleillée et peu venteuse. En pêchant toujours au lancer ramener, cela nous avait permis de faire en tout début de matinée un magnifique 110+. Après quoi, il nous avait fallu attendre le soir pour retrouver le succès.

Durant ces deux journées, nous avions échosondé beaucoup de poissons fourrage ainsi que de fortes concentrations de perches et de petits sandres que nous n’avions plus l’habitude de voir depuis longtemps.

Total des prises : 15 : 12<75 cm ; 2<90 cm et 110+.

Sixième sortie : 24 et 25/08.

Pays-Bas.

Ces deux journées marquées par des vents forts d’ouest avaient été très difficiles et à l’opposé l’une de l’autre. Le premier jour, nous avions connu au lancer ramener un bon début jusqu’en milieu de matinée. Huit prises avaient été faites aux leurres segmentés. Après quoi, nous étions restés sans attaque alors que nous avions échosondé énormément de poissons dans les chenaux de navigation. Le lendemain, sur le même plan d’eau mais à l’opposé, il nous avait fallu attendre la fin de l’après-midi pour faire quelques prises à la traîne, le lancer ramener ne donnant rien. Nous avions également échosondé beaucoup de poissons dans les zones les plus profondes. A partir de ce moment, nous étions certains que tout le poisson s’était concentré dans les grands fonds et que nous allions devoir orienter nos prospections sur ces zones pour la suite de la saison.  

Total des prises : 12 : 10<75 cm ; 78 cm et 81 cm.

Le 27/08, nous avions pris connaissance que le 26/08, la pêche avait été très bonne en milieu de journée. Plusieurs brochets métrés ainsi que pélagiques avaient été pris alors que nous étions à la lune blanche. Ce n’était pas la première fois que nous avions remarqué cela qui, pour nous, est un indice de réussite.     

Sixième sortie : 1 et 2/09.

Pays-Bas.

Pour ces deux journées, nous avions eu de magnifiques conditions estivales (absence de vent et soleil) mais certainement peu favorables à la pêche du brochet en bateau. Nous l’avions rapidement abandonné pour tenter notre chance dans les polders en recherchant les stations de pompage. C’était sur ces lieux que nous avions réussi à faire onze prises dont cinq 80+. Ces brochets s’étaient montrés très attaquants ainsi que combattifs. La condition d’attaque avait été de les jerker lentement en surface. Notre succès nous avait apporté hélas l’intérêt des hollandais…

Total des prises : 11 : 4<70 cm ; 2<75 cm ; 3< 90 cm ; 2<95 cm.

Septième sortie : 8 et 9/09.

Pays-Bas.

Durant ces deux journées de pêche en bateau, nous avions eu des conditions assez exceptionnelles : vents d’ouest (20 km/h) et éphéméride positive. Lors de la première journée, l’activité s’était donnée essentiellement en matinée. Dix 70+ en moins de deux heures avaient été faits pour un métré décroché. Par la suite, les choses se calmèrent et nous avions terminé sur un score de quinze prises. La condition de réussite avait été de trouver le banc de brèmes et de lancer par le travers au moyen de gros leurres. Le lendemain, nous avions fait l’erreur de nous orienter vers le Biesbosch. Il nous avait fallu beaucoup de patience pour réaliser quatre 70 + pour autant de brochetons. Ceci nous avait encore une fois déçu et inquiété.

Que s’était-il passé ?

Durant l’été, l’activité du brochet est très ralentie. Celle-ci fonctionne par pics d’agressivité de très courtes durées. Une fois nourri, il peut rester plus de quatre jours sans se nourrir. A ce moment, seule l’action d’un leurre peut le pousser à devenir agressif, ceci pouvant expliquer le manque d’attaque du troisième jour.

Total des prises : 19 : 4< 70 cm ; 15<80 cm.


Total des prises pour la saison estivale : 80 : 20<70 cm ; 48<80 cm ; 8 <90 cm ; 3<100 cm et 114 cm.

Nombre de jours de pêche : 12.

Le brochet et sa traque.

Fin août, nous avions consacré notre temps à la rédaction d’un article concernant le brochet et sa traque, celui-ci étant destiné à paraître au mois de septembre dans le magazine « Le Pêcheur Belge ». Il s’agissait d’une approche de notre vision sur le brochet et sa pêche. A lire.

Espagne.

Extremadura Monsters.

 

L’objectif 2018 était de faire trois cents brochets métrés sur l’année. A la fin août, quatre mois avant la fin de la saison, l’objectif était atteint avec un total de trois cent vingt métrés, la plupart des pêcheurs ayant explosé leur record. Fermeture le 21 décembre 2018.  La saison 2019, commencera le 19 janvier avec cinq Bass Boats dont un nouveau Nitro Z18 modèle 2019 conduit par Etienne Branchu.

www.extremaduramonsters.com

Prestations "Haut de Gamme", ambiance chaleureuse et conviviale pour des parties de pêche inoubliables. Cinq Guides Pro français, les plus compétents et les plus performants du circuit disposant de cinq Bass Boats Nitro. Minimum dix heures de pêche par jour avec des résultats sans concurrence. Les pêcheurs sont hébergés en "Single". Chaque groupe bénéficie d´un logement à titre privé. Appartement neuf, maison 4 à 6 chambres en bord de lac. Pause midi au(x) restaurant(s) en bordure de lac.

Pesca Extremadura.

 

 


www.pescaextremadura.com

Après un mois de vacances (juillet), on n’avait pas pu mieux commencer la reprise avec le groupe surnommé les Toutounes. Comme à son habitude cette équipe de vikings n’avait pas tardé à mettre le feu aux poudres, dès le premier jour 116 cm pour le plus gros. Les jours suivants, les chiffres s’étaient additionnés. Les prises étaient fortes, majestueuses et proportionnées comme des apollons de l’antiquité grecque. Que de touches et de pics d’activité à la condition d’être au bon endroit et au bon moment. C’était ainsi que quarante-neuf brochets métrés avaient été pris sur la semaine dont une journée de huit métrés avec 112, 115 et 120 cm. A cela, il ne faut pas oublier de parler des autres poissons. Surtout que ceux-ci avaient une moyenne dépassant allègrement les quatre-vingt centimètres…

En ce qui concernait le climat, il avait fait très chaud. Nous avions enregistré un pic de chaleur la première quinzaine d'août, certainement ce qui avait déclenché l’activité des gros poissons. Nous n’avions pas le souvenir d’avoir connu aussi chaud début août. En soirée (22h30), le thermomètre avait indiqué très souvent 36,6° et parfois 40°. L’équipe d’Extremadura.
 

Pays-Bas : août 2018.

Triste réalité, cela avait déjà repris à la fin août.